Le DHTA

, par Ingrid Pichon

Le département d’histoire et théorie des arts (DHTA) comptait en 2018, 117 étudiants inscrits dont 78 en premier rattachement. Il couvre les activités d’enseignement et de recherche du domaine artistique au sens large : études cinématographiques, études théâtrales, histoire de l’art, musicologie, esthétique. La création littéraire n’est pas de son domaine mais il participe à partir de la rentrée 2019 à un parcours nouveau d’écriture littéraire, pensé et co-organisé avec le LILA (département Littérature et Langages).

Les élèves peuvent choisir d’effectuer leur cursus dans l’une ou l’autre des disciplines principales du DHTA : ils suivent alors un cursus universitaire dans cette discipline et deviennent spécialistes, relevant entièrement du département et y préparant leur « majeure ». Ils peuvent également suivre un cursus universitaire dans une autre discipline, mais valider le diplôme dans une des mentions (autrement dit, des disciplines) proposées par le DHTA qui peut devenir alors une « mineure » dans leur diplôme. Un grand nombre des cours, ateliers et séminaires proposés par le DHTA mêle ces spécialistes ou semi-spécialistes, et des non-spécialistes (les scientifiques y sont les bienvenus) : des étudiants qui n’envisagent pas une carrière ou une prolongation d’études dans un domaine relevant d’une discipline artistique, mais souhaitent s’initier à une ou plusieurs de ces matières.

Le DHTA encourage ses élèves et étudiants à effectuer des stages qui peuvent être de découverte ou introduire à une première expertise professionnelle, nationale ou internationale, dès le Master. Il favorise les rencontres avec des agents du domaine artistique et culturel, propose des déplacements à des expositions, spectacles, festivals, etc., qui sont discutés en cours et séminaires. Il prépare aussi, sans se substituer aux enseignements délivrés à l’université, à divers concours : agrégation de musicologie et concours d’entrée (classes d’érudition) du CNSMDP (Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris), concours de conservateur de l’INP (Institut national du patrimoine), etc. Il propose un master « Théâtre et autres arts » en lien avec l’Université de la Sorbonne nouvelle (Paris 3), un master d’Études cinématographiques et audiovisuelles, cohabilité également avec Paris 3. Il participe activement à la mention « Humanités numériques » de PSL. Certains de ses enseignements, en musicologie, sont inscrits dans le Master Musique de l’EHESS.

Le DHTA offre des ateliers de pratique théâtrale, cinématographique, plastique, musicale, et de médiation artistique, mais il n’est pas un département d’études pratiques : il prépare à un avenir de chercheur sur les matières concernées, ou de professionnel de la culture. Il en va de même pour le nouveau (le niveau 1 ouvre cette année) master que le DHTA opère pour PSL, dans la mention « Humanités » pilotée par l’ENS.

Le DHTA est l’opérateur pour PSL d’un master (exactement : parcours de Master) Arts/ Théorie-Pratique, inscrit dans la mention Humanités pilotée par l’ENS. A/TP est un master de recherche, nécessairement interdisciplinaire (le mémoire de recherche doit impliquer plusieurs arts) et préoccupé de la professionnalisation de ses étudiants (stages et rencontres professionnelles). S’il suppose une sensibilité à la pratique, il n’est pas destiné à former des artistes.

Dans le cadre de l’ED (école doctorale) 540 (ENS / PSL), le DHTA est en charge pour l’ENS de la formation doctorale (Sciences Arts Création Recherche) qui accueille des théoriciens soucieux de pratique artistique, ou du lien étroit entre les arts et les sciences, exactes notamment ; et des artistes préparant un doctorat essentiellement « pratique ». Dans SACRe coopèrent le Conservatoire national supérieur d’art dramatique, le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, l’Ecole nationale supérieure des Beaux-arts, l’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs, et enfin la Fémis, école nationale supérieure des métiers de l’image et du son.

À partir du Master (deuxième année de leur scolarité), les élèves de l’ENS de Lyon spécialistes d’histoire de l’art, sont accueillis et formés au DHTA.