Département Enseignants Enseignements Recherches Colloques Elèves
> Enseignements > Esthétique, théorie > Archives > 2010-2011 > L’Intensité de l’art

L’Intensité de l’art

Intensité de l’art Equipe « Recherches sur la pluralité esthétique » (EA1575) Université Paris 8 / ENS Ulm (octobre 2009 à juin 2011) Béatrice Bloch, Jérôme Game, Laurent Zimmermann


Le concept d’intensité peut-il servir à penser l’art dans sa spécificité ? Cela supposerait d’abord de mettre en place un discours qui sorte de la prise strictement formelle pour faire droit à une interrogation sur la force de l’art. Premier déplacement qui n’ira pas sans difficultés quant au discours critique qu’il sera alors possible, ou non, d’avancer, et aux modifications qu’un tel discours ne manquerait pas d’opérer dans l’ordre des concepts, en particulier ceux de « sujet » ou d’« identité » ; ce d’autant plus que ce questionnement supposera un certain parcours historique, élargissant le champ théorique par rapport aux travaux récents auxquels on pense assez rapidement, pour interroger la généalogie du concept et ses possibles antécédents, fût-ce partiels (la notion de sublime, par exemple). 
 
Mais la possibilité, voire l’opportunité de mobiliser le concept d’intensité pour penser l’art ne s’éprouveront complètement qu’à en confronter les champs d’application éventuels via des œuvres, et en particulier dans le champ du contemporain. Qu’est-ce qui, dans l’art, serait ainsi producteur ou vecteur d’intensité, et comment ? Une facture et/ou une thématique excessives, minimalistes, énergiques, denses seraient-elles seules susceptibles de produire de l’intense, au rebours d’autres choix artistiques ? D’autre part, au titre de la réception, les manifestations de cette intensité seraient-elles à saisir dans une immersion plus ou moins grande ou dans d’autres modes d’effectivité ? Autrement dit, manière de s’interroger quant à la fécondité possible de l’usage de la notion dans l’abord des œuvres ou plus généralement de notre rapport aux œuvres : la notion d’intense est-elle démarcative, traverse-t-elle toute œuvre ou résiste-t-elle au concept même d’œuvre ?
 
Béatrice Bloch, Jérôme Game, Laurent Zimmermann
 
 
Programme
 
Séances en 2009 :
 
16 octobre 2009, salle de conférences (E.N.S., 46 rue d’Ulm, 75005, Paris)
- Jérôme Game et Laurent Zimmermann : présentation du séminaire.
- Béatrice Bloch (Equipe R.P.E.) : « Des Modes de l’intensité aux manières de l’intense : deux hypothèses autour de l’effectivité de l’art. »
 
13 novembre 2009, salle Celan (E.N.S., 45 rue d’Ulm)
Christian Doumet (Equipe R.P.E.) : « Intensités poétiques, intensités philosophiques. »
 
11 décembre 2009, salle de conférences (E.N.S., 46, rue d’Ulm)
Yvette Biro (NYU/Equipe R.P.E.) : « Intensité et narration cinématographique. »
 
Séances en 2010-2011 :
 
8 janvier 2010, salle de conférences (E.N.S., 46, rue d’Ulm)
- Alexander Dickow (Equipe R.P.E.) : « Blaise Cendrars et Sonia Delaunay : intensité plastique, intensités poétiques » ;
- Benoit Houzé (Equipe R.P.E.) : « ‘Dada est notre intensité’ : la collaboration Arp-Tzara comme mise en cause et redéfinition de l’intensité »
 
12 février 2010, salle de conférences (E.N.S., 46, rue d’Ulm)
Christophe Khim (Haute Ecole d’Art et de Design de Genève/Art Press) : « Amplifications »
 
12 mars 2010, salle de conférences (E.N.S., 46, rue d’Ulm)
Bruno Latour (Sciences-Po Paris) : « Arts intensifs »
 
9 avril 2010, salle de conférences (E.N.S., 46, rue d’Ulm)
Elie During (Université Paris X Nanterre) : « La force comique selon Bergson : qu’est-ce qu’une analyse intensive ? »
 
7 mai 2010, salle de conférences (E.N.S., 46, rue d’Ulm)
Aliocha Wald Lasowski (Equipe R.P.E.) : « Intensité des larmes musicales »
 
11 juin 2010, salle de conférences (E.N.S., 46, rue d’Ulm)
Vincent Vivès (Université Aix-Marseille) : « Intensité, quantum d’affect, séries proliférantes : le cas Nietzsche »

19 novembre 2010, salle de conférences (E.N.S., 46, rue d’Ulm), 14h30
 Makis Solomos (Université Paul Valery-Montpellier 3 / Institut Universitaire de  France) : « Musique et énergie »
 
17 décembre 2010, salle de conférences (E.N.S., 46, rue d’Ulm), 14h30
 Estelle Jacoby, équipe de RPE , « Les intensités de la danse »
 
7 janvier 2011, salle de conférences (E.N.S., 46, rue d’Ulm), 14h30
 Eric Vautrin (Université de Caen) : « Rendre sensibles les flux intenses : le  théâtre contemporain ».
 
4 février 2011, salle de conférences (E.N.S., 46, rue d’Ulm), 14h30
 Dork Zabunyan (Universté Lille 3) : « Intensité zéro : cinéma et vidéo ».
 
11 mars 2011, salle de conférences (E.N.S., 46, rue d’Ulm), 14h30
 Nicolas Thély (Université Paris I) : « Intensité différée : les arts numériques ».
 
8 avril (à confirmer) , salle de conférences (E.N.S., 46, rue d’Ulm), 14h30
 Colette Camelin (Université de Poitiers) sur les liens texte/image.
29 avril, salle de conférences (E.N.S., 46, rue d’Ulm), 14h30
Patrick Vauday (philosophe, Maître de conférence à Paris Dauphine) sur intensité et théâtre
 
20 mai 2011, salle de conférences (E.N.S., 46, rue d’Ulm), 14h30
 Séance à préciser.
 
17 Juin 2011, salle de conférences (E.N.S., 46, rue d’Ulm), 14h30
 Jérôme Game (Université Américaine de Paris/Equipe R.P.E.) et Laurent  Zimmermann (Equipe R.P.E.), « Intensité de l’art : remarques conclusives ».
 
 

 

  |   Contacts & Plans  |   Mentions légales  |   Plan du site  |   Suivre la vie du site RSS