Département Enseignants Enseignements Recherches Colloques Elèves
> Enseignants > Béatrice JOYEUX-PRUNEL > Enseignements et recherches > Cours : Art et civilisation du pétrole depuis 1945

- Cours d’introduction à l’histoire de l’art, période contemporaine

Cours d’introduction à l’histoire de l’art contemporain : Art et civilisation du pétrole depuis 1945 Béatrice Joyeux-Prunel S1 (hebdomadaire), 6 ECTS Code GPS : ARTS-IN-HAJP7-S1

Ce cours, ouvert à tous, propose une relecture transversale de l’histoire des modernités artistiques depuis 1945, sous l’angle pétrolier. Il interroge l’intrication complexe entre art et civilisation du pétrole, sans se limiter aux liens entre capitaux pétroliers et collectionnisme.

L’art, moderne plus encore qu’ancien, n’a pas échappé aux logiques d’une économie mondiale d’extraction et de prédation dont la géopolitique du pétrole est devenue la matrice principale depuis les années 1920. Derrière la partie la moins invisible, celle des collections financées par des capitaux pétroliers, il y a aussi une géopolitique dont l’art a été victime ou complice, de l’implication du MoMA, gouverné par la dynastie Rockefeller, dans l’assagissement (par muséalisation) de mouvements anti-impérialistes mexicains dès la fin des années 1920, à la conquête par les monarchies du Golfe des pages culturelles des journaux occidentaux depuis les années 2000, en passant par la « chute » symbolique de Paris face à New York, alors que les vols transatlantiques se généralisaient.

Il s’agit encore d’observer comment de nombreux artistes, et leurs œuvres surtout, ont « pensé » une civilisation où la mobilité, les matériaux, les circulations d’argent et la géopolitique mondiale sont inféodés à une seule matière première. Comment lire les plastics du nouveau réalisme et les pneus de l’avant-garde européenne et néo-dada des années 1957-1968, alors qu’eux-mêmes étaient souvent marginalisés des sociétés de consommation et de la croissance des Trente Glorieuse ? Que dire de la révolution des pigments à l’œuvre dans le pop art, dont il faut interroger aussi le rapport ambigu à la civilisation de l’automobile ? De la réflexion du Land Art et de l’Arte Povera sur la nature ? Pourquoi l’oubli puis le retour de la problématique pétrolière dans l’art des années 1980, et les années 2000 ?

MARDI 11H15-13H15, SALLE DES ACTES. PREMIÈRE SÉANCE : mardi 27 SEPTEMBRE. VALIDATION PAR DOSSIER ÉCRIT : Commentaire d’une oeuvre au choix à remettre au format doc ou pdf avant le 21 décembre.

  |   Contacts & Plans  |   Mentions légales  |   Plan du site  |   Suivre la vie du site RSS