Département Enseignants Enseignements Recherches Colloques Elèves
> Recherches > Semaine de printemps en histoire de l’art > Passés présents. 14e École internationale de Printemps en Histoire de l’art, (...)

Passés présents. Construction, transmission et transgression du passé dans les arts

Les propositions de communication ont été envoyées avant le 17 janvier 2016. Réunion du jury le jeudi 28 janvier 2016.

Appel à contribution
14e École internationale de Printemps en Histoire de l’art
Organisée à l’occasion du trois-cent-cinquantenaire de l’Académie de France à Rome du 16 au 21 mai 2016

Notre discipline entretient un rapport à la fois étroit et complexe avec l’histoire. Si elle s’est conçue tantôt comme une branche de l’histoire, tantôt comme un savoir indépendant, caractérisé par une dimension visuelle incontournable, il n’en reste pas moins que, lorsque l’historien de l’art reconstitue les productions artistiques du passé, l’histoire est un de ses horizons de possibilité, sans doute l’un des plus significatifs. Dès ses origines, l’histoire de l’art interroge les relations multiples qui se nouent entre le passé et le présent, et de nombreux historiens et théoriciens de l’art ont conçu la sphère du visuel comme un espace susceptible de servir plus que d’autres de révélateur des résurgences et des réémergences des strates les plus anciens de la culture. Si l’on considère l’œuvre de Winckelmann comme l’acte fondateur d’une histoire de l’art, il est aisé de mesurer à quel point celle-ci dépend de la redécouverte des formes antiques, dont elle est non seulement le témoin, mais également le moteur. Qu’en est-il, dès lors, de ces passés dans le présent dans nos pratiques actuelles, à l’ère numérique ? Leur examen serait-il spécifique à notre champ d’études ? Quels seraient les outils les plus adaptés à rendre compte de leur articulation ?

De telles résurgences, renaissances et redécouvertes constituent d’ailleurs des indicateurs particulièrement efficaces des dynamiques, des clivages et des tensions qui traversent non seulement le monde des arts, mais l’espace social tout entier. Essentiellement politiques, elles sont souvent l’expression de volontés de régénération et de critique sociale (le classicisme révolutionnaire ou le médiévalisme chrétien des romantiques…) ; érudites, elles dépendent d’un véritable travail de fouille – au sens propre et figuré du mot – qui met à la disposition des artistes, des savants et de tous les acteurs du champ culturel de nouveaux répertoires de formes « anciennes », autrement dit des constructions complexes réactualisant certains éléments anciens au sein de contextes modernes.

La XIVe École internationale de Printemps organisée par le Réseau international pour la formation à la recherche en histoire de l’art à l’occasion du trois-cent-cinquantenaire de l’Académie de France à Rome, se déroulera à Rome, à la Villa Médicis, du 16 au 21 mai 2016, et interrogera précisément cette imbrication des temporalités, telle qu’elle se donne à voir dans la production artistique – que ce soit dans les arts visuelles, dans les arts de la scène ou dans le cinéma –, mais également dans les dispositifs muséaux et dans l’écriture de l’histoire de l’art. A partir des communications des participants et des discussions collectives et quotidiennes, il s’agira notamment d’explorer les façons dont le passé est construit et mis en scène, transmis à la postérité et remis en question dans et par les arts, sans limite de médium ou de chronologie. Les sujets proposés, loin d’être exclusifs, voudraient simplement suggérer des pistes pour la réflexion.

1) Représenter le passé  
Si le « Nachleben der Antike » (survivance de l’antique) – expression qu’Aby Warburg emprunte à son maître Anton Springer – s’affirme au XXe siècle comme l’une des pivots de la recherche en histoire de l’art, c’est sans doute parce qu’une telle notion permet de rendre compte avec finesse de la complexité des imbrications temporelles dont la production artistique se nourrit. En abordant la même problématique d’un point de vue plus pragmatique, Francis Haskell fait du concept de « redécouverte » l’outil d’une analyse des évolutions du goût en termes de réactualisations successives d’œuvres, de formes et de pratiques anciennes (1976), alors qu’Enrico Castelnuovo a questionné l’actualité problématique des « moyens-âges au passé et au présent » (2004). Mais que se passe-t-il exactement lorsqu’on « redécouvre » un artiste, un courant, un ensemble d’objets ? A quels processus de resémantisation les soumet-on pour les intégrer à des contextes visuels, intellectuels, sociaux modernes ? Qui en sont les intermédiaires, les acteurs ? Et cette resémantisation, que nous dit-elle sur les passions et les conflits à l’œuvre dans les contextes d’arrivée ? Quels sont ses effets sur la production artistique, la mode, la culture, le marché ? Quels passés sont intégrés au canon de l’histoire de l’art ? Lesquels sont rejetés ? Comment sont-ils récréés et « réécrits » dans les arts ? Des peplums à la reprise de motifs « gothiques » dans les arts décoratifs, de la « renaissance du paganisme antique » à la fortune des primitifs, de la danse « à l’antique » d’Isadora Duncan à la peinture d’histoire, en passant par des cas d’études tirés de multiples formes d’expression, la perspective sera ici de procéder à une réflexion collective sur les modalités de récupération, transformation, appropriation, reconstitution – mais aussi instrumentalisation – du passé dans les arts.

2) Passés rêvés, passés haïs  
Avant même que d’évacuer de la Bildende Kunst la dimension de la temporalité, Lessing (1766) y introduit une expérience singulière et personnelle du temps, liée à la projection de soi dans l’événement représenté. D’un autre point de vue – de Winckelmann (1767) à Baudelaire (1859) et jusqu’aux symbolistes – l’œuvre d’art se trouve inscrite dans le champ de la mémoire, individuelle ou collective. Ces méditations sur le temps, la mémoire et les arts sont d’ailleurs contemporaines des différents mouvements de revival qui traversent le XIXe siècle, et qu’elles contribuent puissamment à déterminer. Quels passés a-t-on voulu faire revivre, et pourquoi ? Comment ces passés rêvés ont-ils servi d’outil critique à l’égard de présents problématiques ? Le passé n’est d’ailleurs pas seulement un modèle et un objet d’admiration : érigé en repoussoir entre autres par les futuristes, il a été ridiculisé, haï, condamné. Il conviendra dès lors d’analyser les enjeux politiques, idéologiques, existentiels et, plus largement, culturels qui sous-tendent les revivals et redécouvertes – du néoclassicisme aux Nazaréens, des Préraphaélites aux primitivismes liés aux avant-gardes, des retours à l’ordre aux anachronismes et aux mémoires alternatives des combats anti-impérialistes et postcoloniaux –, tout comme les mouvements de rejet du passé et les futurismes au sens large. Quels tensions religieuses, politiques, sociales, linguistiques ou imaginaires les travaillent ? Quels sont les médias privilégiés et les modalités concrètes de telles reconstitutions, réactualisations ou bien refus et condamnations du passé ? Et comment les circulations spatiales d’artistes, de formes et de modèles – du Grand Tour aux exotismes, jusqu’au trans-culturalisme actuel – ont-elle influé sur l’appropriation des passés des « autres » ?

3) Les usages du passé  
Temporaires ou permanentes, les expositions présentées dans les musées et autres institutions patrimoniales peuvent être considérées comme des dispositifs historiographiques. Proposant un parcours qui s’organise dans la plupart des cas selon une progression narrative, elles permettent la spatialisation et la visualisation d’hypothèses historiques. Elles sont le véhicule de récits historicisés qui touchent des publics plus larges et diversifiés que le cercle restreint des spécialistes. Elles servent ainsi les politiques symboliques des souverains, des villes, des Etats qui se saisissent de ces manifestations souvent spectaculaires comme d’outils particulièrement efficaces en termes de construction, de représentation et de diffusion d’héritages légitimes. La question des usages publics du passé n’intéresse pas seulement les établissements muséaux, mais concerne de façon essentielle l’institution patrimoniale en tant que creuset de récits de fondation et de constructions mémorielles. Il s’agira ici d’étudier le fonctionnement et les produits d’une telle instauration de patrimoines, en questionnant notamment la dimension intrinsèquement conflictuelle de la fabrication de passés, de traditions et d’identités.

4) Écrire l’histoire de l’art  
De tous temps, l’élaboration d’un savoir historique sur les arts a rempli des besoins intellectuels, sociaux et politiques spécifiques, telle par exemple la célébration de mécènes, de villes ou d’Etats. Le XIXe siècle a vu l’histoire de l’art s’imposer comme l’outil-clé de la construction d’identités nationales. Le siècle de Michelet et de Ranke, de Lavisse et de Lamprecht, a personnalisé l’histoire des nations, et en a fait le récit d’individualités en marche vers elles-mêmes. Dans cette perspective l’étude de la production artistique est censée dévoiler le « génie » de chaque nation, son caractère original. C’est en ce contexte que l’histoire de l’art s’affirme comme une discipline pouvant apporter une contribution substantielle à la fabrication des fondements historiques de la mémoire nationale. Tout au long du XXe siècle, les pratiques des historiens de l’art évoluent, mais la dimension intrinsèquement politique de cette discipline, qui étudie, classe, « raconte » – et donc construit – le patrimoine, reste inchangée. Comment écrit-on l’histoire de l’art ? Comment on l’a faite, pour répondre à quels besoins symboliques et matériels ? Comment la fait-on aujourd’hui, à l’époque des échanges mondialisés et de technologies numériques ? Il s’agira ici d’interroger à la fois les mécanismes intellectuels et les assises pratiques de l’écriture d’une histoire de l’art.

5) Transmettre le passé  
Les académies – dont l’Académie de France à Rome, qui héberge la XIVe Ecole internationale de printemps en histoire de l’art – constituent pendant tout l’Ancien Régime et jusqu’au milieu du XIXe siècle l’un des lieux de la formation des artistes, de la transmission des pratiques et des normes esthétiques. Souvent en réaction contre les corporations de peintres et d’artisans, elles instituent les canons inspirés de l’Antiquité classique qui régissent la production artistique, ainsi que les hiérarchies des écoles et des genres. L’objectif est ici d’interroger le poids de telles constructions normatives dans les pratiques et les carrières des artistes, tout comme dan les outils didactiques employés dans les académies : les conférences et les traités, les répertoires bibliographiques et d’images, les collections de moulages et d’autres formes de reproduction des modèles anciens. Il faudra d’ailleurs questionner le rapport au passé qu’entretiennent d’autres institutions de formation, et tout d’abord les ateliers d’artistes, les académies libres ou privées, les « Schools of Arts » du XXe siècle, les universités et les écoles de danse, de théâtre, de cinéma. Et qu’en est-il aujourd’hui de la formation/information artistique au sein des réseaux multiples – virtuels et concrets – du système global des arts ?

En pratique 

L’École permettra aux étudiants en doctorat et aux post-doctorants d’horizons et de spécialisations diverses de partager leurs recherches, leurs approches et leurs expériences dans un forum au cours duquel ils coopèreront côte à côte avec des chercheurs avancés. Les programmes des précédentes Écoles de printemps figurent sur le site www.proartibus.net. La participation à une École de printemps constitue l’un des éléments nécessaires à l’obtention d’un complément de diplôme de la formation internationale en histoire de l’art. Les candidats, doctorants et post-doctorants, sont incités à proposer des communications précises, en relation avec leurs sujets de recherche, quelle que soit la période de l’histoire de l’art et l’aire qu’ils étudient, et quelles que soient les formes d’expression qu’ils souhaitent aborder. Chaque communication, de la durée de 15 minutes, sera lue dans le cadre d’une demi-journée thématique, encadrée par plusieurs enseignants et comportant une discussion collective des interventions présentées.

La procédure et les propositions
L’appel sera mis en ligne sur les sites de la Villa Médicis (www.villamedici.it), de l’INHA (www.inha.fr) et du RIFHA (www.proartibus.net). Les jeunes chercheurs (doctorat et post-doc­torat) qui souhaitent participer à l’Ecole de Printemps sont priés de faire parvenir, avant le 17 janvier 2016, une proposition de communication d’une durée maximale de 15 minutes, ainsi qu’un court CV aux organisateurs (edp2016@villamedici.it). Les propositions ne devront pas dépasser 2000 signes ou 300 mots et pour­ront être rédigées en allemand, anglais, français ou italien. Les organisateurs établiront, de pair avec des représen­tants de chaque pays du Réseau, un programme définitif. L’annonce de la sélection des participants sera diffusée au début du mois de mars 2016.

Nota bene : dans les deux semaines suivant l’acceptation de leur proposition, les participants devront en soumettre une traduction dans une autre des langues officielles du Réseau. Un mois avant le début de l’Ecole, ils devront en outre envoyer aux organisateurs le texte complet de leur communication, ainsi que leur présentation powerpoint.

Les propositions pour intervenir à titre de répondant  
Les étudiants ayant participé deux fois ou plus aux Écoles antérieures peuvent poser leur candidature à titre de répondant seulement. Nous encourageons de cette façon les jeunes chercheurs, post-doctorants et doctorants dont les recherches sont déjà avancées à participer aux Écoles en animant la discussion concluant chaque session. Les répondants feront un bilan critique de la session, poseront des nouvelles questions et élargiront le débat à d’autres problématiques, déjà évoquées ou non par les intervenants. Les répondants peuvent également ouvrir d’autres pistes afin de poursuivre la discussion dans les directions suggérées par leurs propres recherches.
Tout candidat souhaitant participer à cette École à titre de répondant est prié de faire parvenir aux organisateurs (edp2016@villamedici.it), avant le 17 janvier 2016, un CV et un court texte de motivation mettant en valeur ses aptitudes et ses compétences. Le candidat doit également faire valoir la pertinence de ses recherches eu égard au thème choisi. Les propositions ne devront pas dépasser 2000 signes ou 300 mots et pourront être rédigées en alle­mand, anglais, français ou italien.

Les propositions de commu­nication (professeurs)
Comme chaque année, les profes­seurs du Réseau pourront soit propo­ser une communication – selon le format de 15 minutes proposé aux étudiants –, soit enca­drer une séance à titre de président ou de répondant. Les enseignants souhaitant intervenir dans le pro­gramme sont priés de faire connaître leurs intentions au Comité organisa­teur par courriel à l’adresse suivante, avant le 17 janvier : (edp2016@villamedici.it).

Correspondants nationaux
Pour le Canada : Johanne Lamoureux (Paris, Institut national d’histoire de l’art) et Todd Porterfield (Université de Montréal) ; pour la France : Frédérique Desbuissons (Paris, Institut national d’histoire de l’art), Béatrice Joyeux-Prunel (École normale supérieure de Paris), Christian Joschke et Ségolène Le Men (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) ; pour l’Allemagne : Thomas Kirchner (Paris, Deutsches Forum für Kunstgeschichte) et Michael F. Zimmermann (Katholische Universität Eichstätt-Ingolstadt) ; pour la Grande-Bretagne : David Peters-Corbett (Norwich, University of East Anglia) et Bronwen Wilson (UCLA) ; pour l’Italie : Marco Collareta (Università degli Studi di Pisa) et Maria Grazia Messina (Università degli Studi di Firenze) ; pour la Suisse : Jan Blanc (Université de Genève) ; pour les États-Unis, Henri Zerner (Harvard University) ; pour le Japon, Atsushi Miura (Université de Tokyo).

Organisée par le Réseau international pour la formation à la recherche en histoire de l’art en partenariat avec l’Académie de France à Rome.
Comité organisateur 2016 : Maria Grazia Messina (Università degli Studi di Firenze), Michela Passini (CNRS – Institut d’histoire moderne et contemporaine), Jérôme Delaplanche (Académie de France à Rome), Ségolène Le Men (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), Todd Porterfield (Université de Montréal).

Source : appel à contributions sur le site de l’INHA, publié le 16 décembre 2015.

  |   Contacts & Plans  |   Mentions légales  |   Plan du site  |   Suivre la vie du site RSS