Département Enseignants Enseignements Recherches Colloques Elèves
> Enseignements > Études cinématographiques > Archives > 2015-2016 > Marx en scène. Cinéma, art contemporain, théorie des médias

Marx en scène. Cinéma, art contemporain, théorie des médias

Projections et débats
Le BAL/ ENS

Organisateurs : Ada Ackerman (THALIM/CNRS) et Antonio Somaini (LIRA/ Paris 3)

Depuis quelques années, les artistes font part d’un un intérêt croissant et renouvelé pour la pensée de Marx, qu’ils cherchent à revisiter et à traduire en termes plastiques. Le Capital de Marx s’est ainsi retrouvé au cœur de différentes expérimentations cinématographiques, théâtrales et plastiques. Dernier témoignage de cette tendance, la Biennale de Venise 2015 organisée par Okwui Enwezor, qui a mis la question du “capital” – avec ses dynamiques, ses spectres, ses effets sur l’imaginaire artistique – au centre d’une de ses sections.

Notre cycle entend s’interroger sur ce phénomène, en explorant différentes œuvres issues de cette mouvance, à partir d’un exemple emblématique qui remonte aux années 1927-28 : le projet de Sergueï M. Eisenstein de réaliser un film sur Le Capital. Il s’agira aussi bien d’examiner les stratégies et les partis pris des artistes et cinéastes proposant des lectures, des transpositions et des interprétations visuelles du Capital de Marx, que d’insister sur les enjeux de ce dernier relatifs à la théorie contemporaine des images et des médias.

Chaque séance sera constituée de projections et de discussions en présence d’artistes, de spécialistes de l’histoire de l’art et de la théorie du cinéma, ainsi que de la théorie des médias.

Programme

1/« Présences de Marx : art et théorie des médias »

28/01/2016
École Normale Supérieure, Ulm. Salle Dussane
à partir de 18h

Introduction générale au cycle
Ada Ackerman (THALIM/CNRS) : Tour d’horizon des adaptations du Capital de Marx dans les arts _Antonio Somaini (LIRA/ Paris 3) : Marx et la théorie des médias

Conférence inaugurale de Jens Schröter (Universität Bonn) : Media Marx
(en anglais)

Si le projet de revisiter et traduire en termes plastiques Le Capital a pu fasciner tant de cinéastes, artistes et metteurs en scène – de Sergueï Eisenstein à Alexander Kluge, de Mark Lewis à Isaac Julien, de Jean-Baptiste Ganne à Julien Prévieux, jusqu’au récent Le Capital et son singe de Sylvain Creuzevault – c’est parce que la dimension plastique joue un rôle important dans la pensée matérialiste de Marx. La puissance de transformation d’un travail conçu comme prolongement de l’homme, les rapports entre maîtrise technique et pouvoir, le spectacle de la marchandise-fétiche, la circulation du capital, la formation de la valeur, le rôle de médiation de l’argent, l’idéologie comme camera obscura – sont tous des phénomènes qui si prêtent à être interprétés en termes visuels et esthétiques.

Professeur de théorie des médias à l’Université de Bonn, co-directeur en 2006 d’un ouvrage collectif intitulé Media Marx, Jens Schröter analysera dans son intervention l’intérêt de relire Marx dans la perspective de la théorie contemporaine des médias : une théorie qui aborde la question des déterminations techniques et matérielles de toute forme culturelle.

  |   Contacts & Plans  |   Mentions légales  |   Plan du site  |   Suivre la vie du site RSS